Une bonne idée

Les principes d’une idée qui adhère

  • de la simplicité : analogies, aborder une nouvelle connaissance par quelque chose qu’on ne connaît pas est mauvais.
  • de l’inattendu : es passages les plus réussis dans les histoires commencent par des énigmes (questions, devinettes, défi de prédire un résultat, etc.).
  • du concret
  • de la crédibilité : éviter les arguments comme des milliards. Maximiser les détails dans le histoires.
  • de l’histoire : le défi ou le lien (entre des personnes opposées), la créativité.

Pour qu’une idée accroche, elle doit susciter : l’attention, la compréhension, l’adhésion, l’implication et la volonté d’agir.

Source : Ces idées qui collent : pourquoi certaines idées survivent et d’autres meurent

Communiquer différemment

Méthode de communication utilisée par les entreprises qui communiquent différemment :

1) Pourquoi est-ce que votre projet existe ? Pourquoi vous vous levez le matin ? En quoi est-ce que vous croyez ?
2) Comment votre projet répond au problème ?
3) Qu’est-ce que vous vendez ?

Source : Commencer par Pourquoi – Comment les grands leaders nous inspirent à passer à l’action

Raconter des histoires

L’Homme est capable de décrire des choses qu’il n’a jamais vu, senti ou touché avec l’imagination. C‘est ce qui a permis de coopérer en grand nombre. De ce fait, il n’y a pas de dieux, de pays, de religion, de monnaie, de droits de l’homme, de lois, etc., dans l’univers hors de l’imagination collective.

Il est difficile de cesser de croire en une histoire pour 3 raisons :
1) L’ordre imaginaire habite le monde physique donc difficile de s’en dissocier
2) L’ordre imaginaire représente ce qu’on veut
3) L’ordre imaginaire est intersubjectif : Même si au prix d’un effort surhumain je réussis à libérer mes désirs personnels de l’emprise de l’ordre imaginaire, je ne suis qu’un parmi d’autres. Pour changer l’ordre imaginaire, je dois persuader des millions d’inconnus de coopérer avec moi. Car l’ordre imaginaire n’est pas un ordre subjectif qui existe que dans mon imagination.

Source : Sapiens: Une brève histoire de l’humanité

Faire passer un message

1) On ne se souvient pas des arguments logiques s’ils ne sont pas accompagnés d’émotion.

«La plupart des gens peuvent être convaincus par la logique, mais cela ne les motive pas toujours. Et s’ils ne sont pas motivés, ils oublieront rapidement l’argument et passeront à autre chose».
2) Gagner la confiance du destinataire (utiliser des anecdotes ?)
3) Storytelling
4) Construire une image abstraite marquante autour de l’information
5) Humour lié au message

Transmettre un message

1) Pour maximiser l’impact : capter l’attention, susciter des émotions puis laisser un message mémorable
2) Fil conducteur de 15 mots max et précis (permet de donner des exemples concrets)
3) Les idées spécifiques doivent avoir des impacts généraux (parce que permet à l’audience de s’identifier)
Spécifique au général (histoire personnelles => anecdote révélatrice => conclusion générale).
4) Équilibrer informations et émotions
5) Jeter ce qui est beau mais sans intérêt, sans lien avec le fil conducteur
6) Faire voyager l’audience
Attention, toute tentative d’appliquer une formule toute faite a de bonnes chances de vous exploser à la figure. Le public s’en apercevra en un instant et se sentira manipulé.